Centrales nucléaires, canicule et sécheresse

Accueil>

Cliquez ici pour un
affichage correct du site

Chaud et soif devant !

Par Annie Lobé, journaliste scientifique.
Le 1er mai 2011, mis à jour le 29 mai 2011.

Télécharger cet article

Ce n’est pas nouveau : les centrales nucléaires sont gourmandes en eau. Elles ne supportent pas les grosses chaleurs et la pénurie d’eau qu’elles entraînent et amplifient.

L’examen du cycle de l’eau dans la production d’électricité nucléaire brise le mythe du nucléaire « propre », ou « solution au réchauffement climatique ».


Alertes à tous les étages

La sécheresse exceptionnelle qui sévit d’ores et déjà conduit le gouvernement français à ajouter chaque jour deux départements à la liste de ceux où la consommation d’eau doit être restreinte, et ce depuis trois semaines.

L’alarme est donnée par le candidat aux primaires d’Europe Écologie - Les Verts, Stéphane Lhomme, ex-porte parole du Réseau sortir du nucléaire et actuel président de l’Observatoire du nucléaire. Il analyse la situation, centrale par centrale, dans son document du 12 mai 2011 intitulé : Sécheresse : risque de blackout nucléaire cet été.
Sécheresse : risque de black-out nucléaire cet été

***

Voici quelques sources d’information sur ce thème, exploré à partir du cas de la centrale de Civaux (86) qui s’approvisionne dans la Vienne, un affluent de la Loire au débit fluctuant fortement au rythme des saisons et dont la station hydrologique, située en aval de la centrale, est arrêtée depuis juillet 2005.

L’alerte de l’association Stop Civaux :
stopcivaux.free.fr_sc75_consommation_eau.pdf
http://stopcivaux.free.fr/sc75/consommation_eau.html

***

Sécheresse : le mythe nucléaire s’évanouit !, article publié dans Le Monde le 09.08.03, par Stéphane Lhomme, porte parole du réseau Sortir du nucléaire.

ecolesdifferentes.free.fr_nucleairesecheresse.pdf
http://ecolesdifferentes.free.fr/nucleairesecheresse.html

***

Édifiante revue de presse sur le sujet : avec les centrales hydrauliques, le seul risque issu du couple canicule/sécheresse est la coupure d’électricité. Avec le nucléaire, s’y ajoutent des rejets d’eau chaude préjudiciables pour les écosystèmes et une situation pré-accidentelle.

À noter p. 12 : lors de la canicule de 2003, la température frisant les 50 °C dans les tours aéro-réfrigérantes de la centrale de Fessenheim, elles avaient dû être refroidies à l’aide de tuyaux d’arrosage.

Et également p. 10 : les centrales nucléaires rejettent des quantités massives de vapeur d’eau, laquelle est, selon le GIEC, le premier contributeur des gaz à effets de serre (55 %).

dissident-media.org_infonucleaire_nucleaire_assoiffe.pdf
http://www.dissident-media.org/infonucleaire/nucleaire_assoiffe.html

***

Extraits d’un échange évocateur sur un forum de France 2.fr :

Menekoul 24-06-2005 à 08:22:53 :
J’habite pas très loin de la centrale de Civaux refroidie par la Vienne, une des régions les plus touchées par la sécheresse. Cette centrale évapore 156 millions de litres d’eau chaque jour, au détriment de l’écosystème bien sûr, et maintenant des habitants qui, eux, sont soumis aux restrictions d’eau…
Par contre les quelques éoliennes qu’il y a en France n’ont jamais fait de mal à personne…
À suivre…

Superecolo 24-06-2005 à 15:28:43 :
Au sujet de la sécheresse et des centrales nucléaires. Toute l’eau prise par la centrale n’est pas transformée en vapeur. Une grande partie retourne dans l’eau.
Ne peut-on en dire autant de l’énergie hydraulique qui consomme de l’eau alors que nous en avons besoin ?
En cas de vraie sécheresse, l’énergie hydraulique ne fournit plus d’électricité.
Si l’on poursuit ce genre de raisonnement à charge, on pourrait affirmer que le nucléaire est la cause de la sécheresse, alors que justement, c’est le pétrole qui en est la cause ! Le nucléaire ne participe pas du tout à la sécheresse !
Affirmer cela, c’est un mensonge.

Menekoul 24-06-2005 à 18:30:24 :
Tu crois vraiment que les 156 millions de litres qui s’ÉVAPORENT chaque jour retournent dans la Vienne ? Franchement, un peu de sérieux. Il y a un fort impact sur l’écosystème au moins localement puisque la Vienne a un débit très faible en ce moment.
Par contre, je n’ai jamais dit que les centrales étaient la cause de la sécheresse, mais je voulais mettre en évidence le fait qu’il faut surdévelopper les ENR [énergies renouvelables] telles le photovoltaïque qui permettra, au moins en été, de soulager les centrales et d’éteindre des tranches qui impactent durablement l’écosystème des rivières.
En revanche le problème se pose moins pour celles qui sont en bord de mer.

Source (voir p. 26, 30-31) :
forums.france2.fr_france2_Environnement_vive-nucleaire-s.pdf
http://forums.france2.fr/france2/Environnement/vive-nucleaire-sujet_416_1.htm

[Question : le gaspillage de telles quantités d’eau ne contribue-t-il pas à la sécheresse ?]

***

Impact de la sécheresse sur le fonctionnement des centrales
La version officielle de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire est plus qu’édulcorée et minimise les difficultés :

www.irsn.fr_FR_base_de_connaissances_Installations_nucleaires.pdf

***

Centrale de Civaux, présentation générale :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucléaire_de_Civaux

***

La Vienne, présentation générale :

fr.wikipedia.org_wiki_Vienne_riviere.pdf
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vienne_(rivière)

Relevés de la station hydrologique de la Vienne à Nouâtre :
(on remarque que cette station, située en aval de la centrale de Civaux, est arrêtée depuis 2005)

http://hydro.eaufrance.fr/selection.php

(Code station : L7000610 ; Nom cours d’eau : Vienne ; Code ou nom commune : Nouâtre ; Départements : Indre-et-Loire, 37)
Puis cliquer sur “Nouvelle recherche” ; cocher la case “L7000610” ; cliquer sur “visualiser” ; cliquer sur “FICHE-STATION”.

***

Avis d’incidents transmis par EDF à l’ASN (3 pages) :
(51 incidents ont été publiés entre le 14.02.2000 et le 20.01.2011, soit en moyenne un incident tous les trois mois. Certains sont défrisants, comme l’envoi par la poste d’un colis de matières radioactives, voir le 14.02.08)

www.asn.fr_index.php_content_view_full_1172.pdf

www.asn.fr_index.php_content_view_full_1172__(offset)_20.pdf

www.asn.fr_index.php_content_view_full_1172__(offset)_40.pdf

***

Rafraîchissons-nous… la mémoire à propos de la sécheresse de 1976 :

Images d’archives (INA) le 15 juin 1976 :
Dans le village de St-Mard (77) à 40 km de Paris, les robinets sont à sec et les pompiers ravitaillent les habitants qui viennent chaque jour chercher leur eau dans des seaux.
Pour réduire la consommation, EDF réduit de 5 % la tension du courant domestique.

Voir la vidéo

nucleaire et secheresse

Article de Libération, 12.08.2005 : En 1976, une canicule à créer un impôt sécheresse

www.liberation.fr_evenement_0101538484-en-1976-une-canic.pdf
http://www.liberation.fr/evenement/0101538484-en-1976-une-canicule-a-creer-un-impot-secheresse

Risque nucléaire : et la France ?

Feu nucléaire sur le Japon

 

Réagir à ces informations

Attention : si vous souhaitez une réponse à votre mail, merci de bien vouloir préciser votre adresse postale. Si elle n’est pas indiquée, nous en déduirons que vous ne souhaitez pas recevoir de réponse. Pour obtenir une réponse immédiate à vos questions, il est préférable de venir les poser pendant les conférences. Si vous habitez loin de la région parisienne, vous pourriez demander à un ami ou à un membre de votre famille qui y réside de le faire pour vous. Merci.


Haut de page


Nucléaire : Fukushima, et après ?

Mis à jour le 28 octobre 2014

Vieillissement des centrales, risque nucléaire ville par ville, conséquences d’un black-out électrique : ces documents inédits intéresseront les spécialistes.




Envoyer à un ami Retour à l’accueil Nos publications Plan du site Espace lecteurs


© Copyright SantéPublique éditions 2006 - 2021 Titre et textes déposés
Reproduction même partielle interdite