Linky et la voiture électrique

Cliquez ici pour un
affichage correct du site

Accueil

Page mise en ligne le 2 janvier 2019, modifiée le 29 mars 2019.

Télécharger le flyer “Linky et la voiture électrique
Notre place est auprès des Gilets Jaunes” [.pdf]

Imprimer en recto-verso (option Retourner sur les bords courts)


Télécharger le flyer “E. Macron veut totalement supprimer le gazole et l’essence
pour passer à 100 % de voitures électriques” [.pdf]

Imprimer en recto-verso (option Retourner sur les bords courts)


Nouvelles lettres 1 page
(pour ceux qui refusent Linky et pour ceux qui ont déjà subi la pose)

Anti-Linky : Notre place est auprès des Gilets Jaunes

L’augmentation des taxes sur les carburants et le déploiement du Linky sont les deux faces d’une même pièce.

Pourquoi le Gouvernement a-t-il voulu augmenter de façon importante les taxes sur le gazole et l’essence ? Parce que son projet est de nous contraindre à passer à la voiture électrique,* dont les deux corollaires sont la production d’électricité nucléaire et les compteurs « intelligents » Linky qui forceront les voitures à se recharger uniquement la nuit pendant les « heures creuses » pour utiliser les kilowattheures inutilement produits par les centrales nucléaires au moment où personne n’en a besoin. La « transition écologique » selon Macron, Philippe et Rugy.

L’électricité consommée pour les transports coûtera cher aux automobilistes : l’État a déjà mis en place le dispositif permettant de taxer spécifiquement le rechargement des véhicules électriques :
http://videos2.next-up.org/Linky_et_vehicules_electriques.html

L’une des fonctionnalités du Linky est le pilotage à distance des appareils électriques. Mais ce projet n’est qu’un leurre : les radiofréquences CPL injectées par le Linky dans les circuits électriques grillent les chargeurs et les batteries.**

D’ores et déjà, Linky provoque partout des pannes, des incendies et des explosions : 73 700 incidents pour 11 millions de compteurs posés, selon le calcul fait par Envoyé Spécial le 14 juin 2018 à partir du taux de « 0,67 % » avoué par le directeur du programme Linky, M. Bernard Lassus.

Lien pour voir en replay ce reportage de 30 minutes :
http://www.youtube.com/watch?v=_4lSayWZRtY
Si le lien ne fonctionne pas, copier l’adresse ci-dessus dans la barre de navigation de votre navigateur Internet.

Le fiasco industriel ne fait que commencer : il y a tout lieu de craindre que la France sera en PANNE GÉANTE permanente lorsque les grandes entreprises et les administrations seront impactées et subiront des pannes informatiques, de téléphone, d’Internet et d’électricité, le déploiement ayant été habilement programmé après 2021 pour les plus gros compteurs (> 120 kVA).

Aucune sanction n’existe dans le Code de l’énergie en cas de refus, ni pour les particuliers, ni pour les entreprises, ni pour les communes, ni même pour la SA ENEDIS en cas de non déploiement (les sanctions initialement prévues pour cette dernière ont disparu du Code de l’énergie) :
Code de l’énergie, version 10 décembre 2018
Code de l’énergie, version initiale issue de la loi n° 2015-992

Quant aux directives européennes,*** elles prévoient que les compteurs Linky ne doivent être déployés que si cela est « techniquement possible, financièrement raisonnable, et proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles ». Or ces trois conditions ne sont pas remplies : la durée de vie des compteurs Linky n’est que de 15 ans et le coût total de l’opération (5 à 7 milliards d’euros sans compter les dommages qu’ils provoquent) ne sera pas amorti quand ils devront être remplacés.

ENEDIS n’a pas le droit de faire payer le compteur Linky à ceux qui le refusent aujourd’hui, ni de leur facturer la relève.****

ENEDIS fait poser les Linky par des non-électriciens, ce qui est illégal, et n’est couverte par aucune assurance : les appareils endommagés ou grillés par le Linky sont réparés ou remplacés aux frais des victimes. Chez les professionnels, ce sont plusieurs milliers d’euros de perte (bouchers, boulangers,…).

Autres inconvénients du Linky : surveillance massive, coupure possible à distance, piratage à des fins de cambriolage, de chantage ou de black-out, déclenchement de l’électrosensibilité (des personnes ont dû quitter leur domicile après la pose !).

Plus de 870 communes, dans lesquelles vivent 4,9 millions de personnes, ont refusé le Linky par délibération du Conseil municipal. Informez votre maire ! Et prévenez vos voisins, car le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) a mesuré les radiofréquences du Linky dans des logements non équipés, dès lors que le quartier en est pourvu.

 

* Marianne, 16 novembre 2018, p. 17 : “Se débarrasser des vieux diesels, fort bien. Mais pour quels véhicules ? (…) Plutôt que de fixer un horizon d’interdiction totale de la voiture thermique [essence et gazole] à 2040, le gouvernement aurait pu choisir un autre scénario, celui de la bagnole à 2l aux 100 km, promue par le gouvernement précédent.”

Stéphane Lhomme, rappelle, dans sa chronique antinucléaire publiée par le journal mensuel La Décroissance (n° 155, décembre 2018-janvier 2019, en kiosque, 3€) que “la fabrication des batteries d’une voiture électrique émet en CO2 l’équivalent de 10 à 15 ans d’utilisation d’une voiture thermique. Qui plus est, tout ce CO2 est émis avant même que la voiture électrique n’ait parcouru le moindre centimètre et il fait immédiatement tout son effet… de serre.”

** L’utilisation de la voiture électrique avec les réseaux Linky est un leurre : les chargeurs et les batteries électriques ne supportent pas les radiofréquences injectées par les réseaux Linky dans les circuits électriques, comme cela est rapporté dans ce témoignage et m’a été confirmé par le salarié d’un constructeur automobile français :
http://www.santepublique-editions.fr/Linky-l-essentiel-de-l-enquete-c.html#linkyetbatterie

*** Aucun texte, ni en droit européen ni en droit français, ne rend le déploiement du Linky “obligatoire”.

En effet, la Directive 2006/32/CE du Parlement européen et du Conseil du 5 avril 2006, stipule dans son Article 13 :
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex:32006L0032
(Pour télécharger la directive en français et en PDF, cliquer sur le pictogramme situé à l'intersection de la colonne FR et de la ligne PDF)

« Les États membres veillent à ce que dans la mesure où cela est techniquement possible, financièrement raisonnable et proportionné compte tenu des économies d’énergie potentielles, les clients finals (…) reçoivent à un prix concurrentiel des compteurs individuels qui mesurent avec précision leur consommation effective et qui fournissent des informations sur le moment où l’énergie a été utilisée. » (souligné par nous)

Selon cette directive européenne, les compteurs individuels ne doivent donc être déployés que si cela est :

- techniquement possible ;
- financièrement raisonnable ;
- et proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles.

Cet objectif est confirmé par l’article 30 de la directive 2012/27/UE du 25 octobre 2012, qui stipule dans son article 30 :
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex%3A32012L0027
(Pour télécharger la directive en français et en PDF, cliquer sur le pictogramme situé à l'intersection de la colonne FR et de la ligne PDF)

« En application de la directive 2006/32/CE, les États membres sont tenus de veiller à ce que les clients finals reçoivent à un prix concurrentiel des compteurs individuels qui indiquent de manière précise leur consommation réelle et qui donnent des informations sur le moment où l'énergie a été utilisée. Dans la plupart des cas, cette obligation est subordonnée aux conditions suivantes : il faut que cela soit techniquement possible, financièrement raisonnable et proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles. Toutefois, lorsqu'il est procédé à un raccordement dans un bâtiment neuf ou qu'un bâtiment fait l'objet de travaux de rénovation importants, tels que définis dans la directive 2010/31/UE, de tels compteurs individuels devraient toujours être fournis. La directive 2006/32/CE exige en outre que des factures claires fondées sur la consommation réelle soient établies à des intervalles suffisamment courts pour permettre aux clients de réguler leur propre consommation d'énergie. » (souligné par nous)

De surcroît, l’article 50 de la directive 2009/72/CE dit ceci :
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:211:0055:0093:FR:PDF
Voir p. 64, paragraphe 50.
(Pour télécharger la directive en français et en PDF, cliquer sur le pictogramme situé à l'intersection de la colonne FR et de la ligne PDF)

L’un des objectifs assignés par les directives européennes est « d’aider les consommateurs à réduire leurs coûts énergétiques ».

Le droit européen a donc constamment insisté sur l’intérêt POUR LE CONSOMMATEUR de passer au compteur Linky, en faisant de cet intérêt pour le consommateur l’un des objectifs ou l’une des conditions de ce déploiement.

 

*** Par téléphone, ou en face à face (mais rarement par écrit), les sociétés de pose et les salariés d’ENEDIS profèrent des menaces qui relèvent de l’intimidation : électricité coupée en cas de refus du Linky, ou compteur Linky payant plus tard, ou relève payante plus tard. C’est faux ! Gladys Staessens, directrice de communication du Linky, l’une des responsables du programme Linky au niveau national, l’a dit à Montreuil (93) devant M. Ibrahim Dufriche, premier adjoint en charge du dossier Linky : “Si on vous dit que Linky sera payant plus tard, c’est une escroquerie.” 20 décembre 2018




Et la relève ne sera pas payante plus tard [.pdf] :
Selon la Commission de régulation de l’énergie :
“La composante de comptage du tarif ne dépend pas du type de compteur installé”

 

Nouvelles lettres de refus à distribuer lors des actions Gilets Jaunes (1 page) :

1 . Modèle de lettre pour ceux qui n’ont pas encore subi la pose :

Format DOC
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Refus-du-Linky-lettre-d-opposition-stockage-traitement-donnees-ENEDIS-modele-santepublique-editions-6-decembre-2018.doc

Format RTF
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Refus-du-Linky-lettre-d-opposition-stockage-traitement-donnees-ENEDIS-modele-santepublique-editions-6-decembre-2018.rtf

Format PDF
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Refus-du-Linky-lettre-d-opposition-stockage-traitement-donnees-ENEDIS-modele-santepublique-editions-6-decembre-2018.pdf


2 . Modèle de lettre pour ceux qui ont déjà subi la pose :

Format DOC
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Apres-pose-Linky-lettre-d-opposition-stockage-traitement-donnees-ENEDIS-modele-santepublique-editions-6-decembre-2018.doc

Format RTF
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Apres-pose-Linky-lettre-d-opposition-stockage-traitement-donnees-ENEDIS-modele-santepublique-editions-6-decembre-2018.rtf

Format PDF
http://www.santepublique-editions.fr/objects/Apres-pose-Linky-lettre-d-opposition-stockage-traitement-donnees-ENEDIS-modele-santepublique-editions-6-decembre-2018.pdf

 

Haut de page

Envoyer à un ami Retour à l’accueil Nos publications Plan du site Espace lecteurs


© Copyright SantéPublique éditions 2006 - 2019 Titre et textes déposés
Reproduction même partielle interdite