Une personne contaminée sur deux, asymptomatique, propage le virus Covid-19
sans le savoir

Cliquez ici pour un
affichage correct du site

Accueil

Télécharger cet article   [.doc]    [.pdf]
Voir les 12 conseils pratiques à propos du confinement
Renforcer son système immunitaire par Sabine Campion, naturopathe
Santé publique : les leçons de l’Histoire
ajouté le 28 avril
Pourquoi sortir masqué même si ce n’est pas obligatoire ajouté le 5 mai
Pourquoi StopCovid sera inefficace et par quoi le remplacer ajouté le 5 mai
Vidéo 3 min : Comment désinfecter en quelques minutes un masque en tissu ajouté le 7 mai, modifié le 13 mai
Revues de presse vidéo : 11 avril, 20 avril, 27 avril, 4 mai, 11 mai, 12 mai, 20 mai

Par Annie Lobé, journaliste scientifique indépendante,
Le 11 avril 2020, mis à jour le 22 mai.

Résumé : Le coronavirus Covid-19 a déjà officiellement tué dans le monde plus de 100.000 personnes en cent jours (au 10/04/20) [318.201 décès un mois plus tard, au 19/05/20]. Hautement transmissible, il survit dans l’air et sur les surfaces : la contamination sans contact direct est possible. Une personne contaminée sur deux ou sur trois n’a aucun symptôme et propage le virus à son insu. Mais en absence de dépistage, elle l’ignore. Et 65 % de ces porteurs asymptomatiques ont des lésions pulmonaires visibles au scanner ! Porter un masque est donc un acte altruiste. Le port généralisé du masque a divisé par 100 à 700 le nombre de décès dans certains pays. Les autres gestes qui sauvent sont : le confinement scrupuleux (rester chez soi, sauf obligation), la distanciation (se tenir à 2 mètres les uns des autres dans l’espace public), ainsi que le lavage fréquent des mains et la désinfection quotidienne des surfaces de contact. Le confinement est physique, mais notre cœur peut rester ouvert, capable de bonté, de générosité et de patience !

1. D’où vient le virus qui circule en France

2. Comment le virus se comporte dans l’environnement

3. Le Covid-19, une maladie totalement nouvelle

4. Le port du masque hautement recommandé à l’ensemble de la population

5. Le bon usage des masques lavables en tissu

6. L’utilité du confinement accompagné d’exercice phyisque, de la distanciation, de la désinfection des mains et des surfaces, et du dépistage

 

1. D’où vient le virus qui circule en France

Le coronavirus SARS-CoV-2 circulait sur le territoire français, notamment dans le Nord de la France, déjà à bas bruit en janvier 2020 parmi des personnes asymptomatiques ou paucisymptomatiques (ne présentant que très peu de symptômes), donc avant la vague des cas observée début mars. Telle est la conclusion d’un article posté le 24 avril 2020 par des chercheurs de l’Institut Pasteur sur le site de prépublication bioRxiv, tirant les enseignements du séquençage du génome de 97 souches de virus prélevées sur des patients contaminés sur le territoire métropolitain sans avoir eu aucun contact avec des personnes contaminées à l’étranger.

Blog du docteur Marc Gozlan sur lemonde.fr :
“Covid-19 : Le coronavirus aurait commencé à circuler en France à la mi-janvier 2020” :

http://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/04/30/covid-19-le-coronavirus-a-commence-a-circuler-en-france-a-la-mi-janvier-2020/ (30 avril 2020) (.doc)

2. Comment le virus se comporte dans l’environnement

Le coronavirus Covid-19 (SRAS-CoV-2) est détruit à une température de 56°C et par le ressac de la machine à laver, ainsi que par l’eau de Javel et par l’alcool à 70°.

Il reste actif pendant :

  • 3h en suspension dans l’air
  • 4h sur du cuivre
  • 2h à 8h sur de l’aluminium
  • 9h sur un clavier d’ordinateur
  • 24h sur une poignée de porte, sur du papier ou sur du carton
  • Plusieurs jours sur du bois
  • 72 h (3 jours) à 6 jours sur du plastique
  • 5 jours sur acier inoxydable, verre, céramique
    Heureusement, le virus est facile à éliminer sur ces surfaces lisses !

Différentes sources, dont :
https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/coronavirus-le-covid-19-peut-survivre-trois-jours-sur-certaines-surfaces-1186546 (18 mars 2020) (.doc)
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/26/coronavirus-combien-de-temps-le-sars-cov-2-reste-t-il-infectieux-sur-des-surfaces_6034549_4355770.html?forecast_method=widget&forecast_data=top_article_list (26 mars 2020) (.doc)

 

3. Le Covid-19, une maladie totalement nouvelle

Le Covid-19, une maladie totalement nouvelle, revue de presse vidéo

Vidéo “Le Covid-19, une maladie totalement nouvelle, revue de presse du 11 mai 2020” (16 min) Format mp4 wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
Comment détruire le virus ? Comment le virus se cache pour détourner le système immunitaire. Ses effets sur différents organes : nez, yeux, cerveau, poumons, coeur, reins, foie, vaisseaux sanguins, tube digestif. Pourquoi le test PCR a 30 à 40 % de faux négatifs.
Mutations : le virus peut-il devenir plus dangereux ?

(Science & Vie, Courrier international, Paris Match)

Coronavirus hautement transmissible, revue de presse vidéo

Vidéo “Coronavirus hautement transmissible, revue de presse du 20 mai 2020” (20 min) Format mp4 wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
C’est dans le nez que le coronavirus commence à se répliquer, d’où sa très haute transmissibilité, ce qui permet de comprendre pourquoi le port généralisé du masque dans certains pays leur a permis de diviser par 70 à 270 le taux de décès par million d’habitants. Parler ou même chanter (comme dans les églises) transmet le virus. Les lycéens ont une contagiosité plus élevée que celle des plus jeunes. 135 enfants français atteints par la maladie de Kawasaki, dont l’un est mort à 9 ans. Un autre enfant de 14 ans est mort au Royaume-Uni. (La Recherche, Paris Match, L’Indépendant, L’Express)
Graphique : 318.201 décès dans le monde au 19 mai 2020
Graphique : Les pays où le masque généralisé réduit les décès de 70 à 270 fois

Blog du docteur Marc Gozlan sur lemonde.fr :
“Covid-19 : une pneumonie pas comme les autres” :

http://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/05/05/covid-19-une-pneumonie-pas-comme-les-autres/
(5 mai 2020) (.doc)

Blog du docteur Marc Gozlan sur lemonde.fr :
“Covid-19 : ce que les autopsies nous apprennent sur les caillots sanguins et embolies pulmonaires” :

(attention ! images difficiles)
http://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/05/11/covid-19-ce-que-les-autopsies-nous-apprennent-sur-les-caillots-sanguins-et-embolies-pulmonaires/ (11 mai 2020) (.doc)

Source : Dr Philippe Nacache, le 31 mars 2020 vers 15h :
https://www.facebook.com/groups/510384983187154/permalink/520435388848780/

“Le virus pénètre dans les voies aériennes supérieures, c’est-à-dire via les muqueuses des yeux, du nez, de la bouche. À partir de là, le virus est dégluti dans la salive et les larmes en milieu humide, où il prospère et descend dans le système digestif ou est inhalé dans le tractus respiratoire et se développe dans les poumons.

Le virus, bien au chaud, se multiplie ensuite dans les cellules digestives et pulmonaires qu’il colonise et se déverse ainsi dans l’organisme par ces deux portes d’entrées que sont les intestins et le poumon, qui doivent donc être considérées comme les foyers du virus.

Pendant une première phase, dite phase d’incubation, qui est la phase dormante de la maladie, le virus est encore en nombre trop limité pour provoquer des symptômes et pour rendre l’individu contagieux. Après cette période d’incubation qu’il reste encore à définir précisément si bien que les bibliographies estiment ce délai entre 3 et 20 jours, avec une médiane autour d’une semaine, le virus infecte de plus en plus de cellules du corps tout entier et arrive ainsi à un pic de son développement.

La maladie passe alors dans une phase différente appelée phase d’état. Celle-ci ne se manifeste pas forcément cliniquement et peut passer tout à fait inaperçue. Cela arrive même dans plus de 50 % des cas et c’est là justement que se situe tout le problème de cette épidémie : ces porteurs sains propagent le virus à leur insu et le transmettent à d’autres personnes qui peuvent développer des symptômes aigus.

C’est durant cette phase d’état, voire 1 à 2 jours avant la manifestation des premiers signes cliniques –quand ils existent–, que le sujet devient contagieux. Plus de 50 % des porteurs du virus sont des porteurs sains sans symptôme, qui propagent le virus sans le savoir.

C’est de la méconnaissance totale de cette chaîne pourtant simple que découle une très grande partie, pour ne pas dire l’entièreté, de la catastrophe actuelle.

La synthèse en est claire : tout le monde doit porter un masque !”

Dans le post suivant, Flavian Jacquot approuve cette conclusion et précise :

“Même s’il n’y a pas de masque aux normes, un bout de tissu réduit de 60 % la contagion dans les épidémies de types influenza (grippe).

Études scientifiques à l’appui ! :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2440799/
https://www.researchgate.net/publication/258525804_Testing_the_Efficacy_of_Homemade_
Masks_Would_They_Protect_in_an_Influenza_Pandemic

  

4. Le port du masque hautement recommandé à l’ensemble de la population

La pénurie de masques à usage unique FFP1 et FFP2, les plus efficaces, contraint à les réserver aux malades et aux professionnels exposés à leur contact (médecins, infirmiers, personnel hospitalier,…), aux professionnels en contact avec le public : pharmaciens, commerçants, livreurs, ainsi qu’aux personnes contaminées confinées en famille, et aux personnes fragiles, âgées ou déjà atteintes d’autres pathologies… Ces masques ont une durée d’utilisation de 4h au maximum.

Le 2 avril 2020, l’Académie de médecine a recommandé que l’ensemble de la population adopte le port de masques lavables et réutilisables, à fabriquer soi-même :
http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/04/20.4.2-Communiqu%C3%A9-Masques-grand-public.pdf (.pdf)

Tutoriel de masque “alternatif” confectionné avec une serviette en papier, recommandé par l’Académie de médecine, par le professeur Daniel Garin, médecin du travail chez ARTELIA-MT2i, Professeur agrégé du Val de Grâce, ancien chef du département de virologie du Centre de Recherche du Service de Santé des Armées et expert en risque biologique et infectieux, qui montre également l’application correcte du gel hydroalcoolique, 15 mars 2020 :
https://www.youtube.com/watch?v=7Lg0jnJ3hEo

Tutoriel de masque en tissu selon la norme AFNOR par une couturière, qui montre aussi comment mettre et enlever correctement son masque en tissu, 13 avril 2020 :
https://www.youtube.com/watch?v=He8yXJGc3r8

Liens AFNOR 3 avril 2020 “masque barrière”, mis à jour le 28 avril 2020 : (.doc)
http://masques-barrieres.afnor.org/home/faire-mon-masquebarriere
http://masques-barrieres.afnor.org/
http://masques-barrieres.afnor.org/home/conseils-utilisation
http://www.afnor.org/actualites/masque-barriere-france-international/

Le 31 mars 2020, M. George Gao, directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, affirmait dans la prestigieuse revue Science : La grande erreur aux États-Unis et en Europe est, à mon avis, que la population ne porte pas de masque. Ce virus se transmet par les gouttelettes respiratoires, de personne à personne. Les gouttelettes jouent un rôle très important, d’où la nécessité du masque – le simple fait de parler peut transmettre le virus. De nombreux individus atteints sont asymptomatiques, ou ne présentent pas encore de symptômes : avec un masque, on peut empêcher les gouttelettes porteuses du virus de s’échapper et d’infecter les autres.
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/31/ne-pas-porter-de-masque-pour-se-proteger
-du-coronavirus-est-une-grande-erreur-affirme-un-haut-scientifique-chinois_6035064_3232.html

(31 mars 2020)
(.doc)

Plusieurs pays, depuis début avril, ont rendu obligatoire le port de protections dans l’espace public, en complément du confinement et des autres “gestes barrières” :

https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/04/covid-19-quels-sont-les-pays-qui-imposent-deja-le-port-du-masque-a-leur-population_1784051 (4 avril 2020) (.doc)

https://mobile.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/italie-port-du-masque-obligatoire-pour-tous-les-habitants-de-lombardie_3901043.html (vidéo 5 avril 2020) (.doc)

https://www.lecourrier.vn/coronavirus-nbsp-distanciation-sociale-a-lechelle-nationale-a-partir-du-1er-avril/715250.html (31 mars 2020) (.doc)

Certes, en France comme ailleurs, cela constitue un revirement par rapport à la position antérieure du gouvernement :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-comment-le-gouvernement-sest-converti-au-port-du-masque_fr_5e88514ac5b6cbaf2829ae61?ncid=other_topvideos_cp1pj3fgmfs&utm_campaign=top_videos (vidéo 4 avril 2020) (.doc)

https://www.la-croix.com/Monde/Coronavirus-plusieurs-pays-font-volte-face-port-masques-2020-04-04-1201087850 (4 avril 2020) (.doc)

https://www.20minutes.fr/politique/2755491-20200406-coronavirus-necessaire-puis-encourage-volte-face-gouvernement-port-masque (6 avril 2020) (.doc)

Mais la polémique est contre-productive : l’efficacité réelle du port du masque par la population a été démontrée à grande échelle notamment à Hong-Kong et dans la ville italienne de Prato :

Extraits de la lettre de Florence de Changy, correspondante à Hong Kong pour Le Monde, RFI et Radio France, à l’attention de Martin Hirsch, Directeur de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (citée dans le post du Dr Nacache sus-mentionné) :

“Dès lors qu’ils ont vu réapparaître le spectre du Sras de 2003, fin janvier, les Hongkongais ont repris le port du masque comme un seul homme, du jour au lendemain, et en dépit de la grave pénurie qui avait lieu ici aussi. L’attitude des Hongkongais a été d’autant plus admirable qu’elle s’est faite en dépit des consignes gouvernementales lesquelles, comme en France, ne recommandaient le port du masque que pour les malades et les soignants.

L’exemple Hongkongais a montré que lorsqu’une population dans son entière totalité adopte le port du masque, comme forme de confinement individuel, la propagation du virus peut être quasiment arrêtée. Malgré une densité démographique parmi les plus fortes de la planète (7 millions et demi d’habitants qui cohabitent pour la plupart dans des espaces minuscules avec une très forte proximité dans la vie quotidienne), malgré des échanges intenses de personnes avec la Chine, et malgré la proximité géographique des premiers épicentres (jusqu’à la fermeture des frontières mi-février), Hong-Kong doit déplorer à ce jour 4 morts du covid-19, oui quatre...”

À Prato, ville industrielle de Toscane de 250.000 habitants dont un quart de Chinois qui ont adopté le port du masque et le confinement dès la fin janvier, bientôt imités par les autres habitants, seulement 25 cas de Covid-19 et un mort sont à déplorer, alors que cette ville est proche de l’un des foyers de l’épidémie, la Vénétie :

http://www.leparisien.fr/international/coronavirus-l-incroyable-scenario-de-prato-en-italie-surnommee-la-petite-chine-27-03-2020-8289309.php (27 mars 2020) (.doc)

Les stratégies efficaces de lutte  utilisées dans les autres pays, revue de presse vidéo

Vidéo “Les stratégies efficaces utilisées
dans les autres pays, revue de presse du 11 avril 2020
 (9 min) 

Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, avril 2020.
Un nombre élevé de morts est à déplorer dans les pays qui, comme la France, ont adopté une stratégie inefficace : pas de masques, pas de dépistage, pas de chloroquine. À l’inverse, comment ont fait les pays qui ont jugulé l’épidémie ? Quelques réponses dans cette revue de presse en vidéo.
NB : La connaissance que des personnes contaminées sont asymptomatiques impose désormais le dépistage de l’ensemble de la population.


Revue de presse vidéo 20 avril 2020, Partie 1

Revue de presse vidéo du 20 avril 2020, Partie 1 (17 min) 
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, avril 2020.
Pourquoi les personnes hypertendues, diabétiques ou obèses sont plus fragiles face au virus. Pourquoi les hommes meurent plus que les femmes. Vietnam, Nouvelle Zélande, Côte d’Ivoire : masque obligatoire, faible mortalié. Histoire des masques depuis l’origine. Laboratoire P4 de Wuhan. Si les soignants sont malades, qui va nous soigner ? Hydroxychloroquine : des patients guéris témoignent. (L’Express, L’Obs, Marianne, Paris Match)


Revue de presse vidéo 20 avril 2020, Partie 2

Revue de presse vidéo du 20 avril 2020, Partie 2 (15 min) 
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, avril 2020.
Professeur Christian Bréchot, président du Global virus network : “Aucun vaccin fiable n’a jusqu’à présent été mis au point contre un coronavirus.” Les alertes que le gouvernement a reçues début janvier par des chercheurs français de l’Institut Pasteur à Wuhan. Vietnam : stratégie gagnante low-cost contre le Covid-19. Le docteur Philippe Klein, médecin à Wuhan, effaré par la désinvolture française, propose une méthode contre la propagation du virus en France.
(Paris Match, Le Point, L’Obs)


Revue de presse vidéo 27 avril 2020, Partie 2

Revue de presse vidéo du 27 avril 2020, Partie 1 (22 min) 
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, avril 2020.
22 614 morts officiels en établissements de santé... et combien à la maison ?
Au Royaume-Uni comme en France, il y a deux fois plus de morts qu’annoncé ! Un patient hospitalisé sur trois décède. Le professeur Raoult connaît son métier : confirmation par la pharmacologie fondamentale et clinique. Confinement efficace contre la grippe espagnole en 1918. Létalité du virus à New York : 0,75 %. Si la France déconfine sans soigner les malades, elle aura 50 000 morts. (Le Journal du dimanche, Marianne, Le Monde)
Graphique : les décès du Covid-19 dans le monde au 24 avril 2020


Revue de presse vidéo 27 avril 2020, Partie 2

Revue de presse vidéo du 27 avril 2020, Partie 2 (16 min) 
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, avril 2020.
Le premier mort français était professeur dans un collège. Déconfinement : que se passera-t-il dans les classes si les élèves y retournent le 11 mai ? La parole aux profs. 720 enfants de moins de 14 ans déjà hospitalisés. Qui a pris la décision de renvoyer les enfants à l'école dès le 11 mai ? Plaintes contre les ministres : comment Emmanuel Macron est devenu leur parapluie judiciaire.
(Marianne, Paris Match, Le Journal du Dimanche, L’Indépendant, Le Monde, Le Point, L’Obs)



Revue de presse vidéo 4 mai 2020, Partie 2

Revue de presse vidéo du 4 mai 2020, Partie 1 (12 min) 
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
La France est le SEUL PAYS où soigner à la chloroquine les malades du Covid est INTERDIT par le gouvernement (sauf pour les amies de la première dame).
Professeur Raoult : “Deux médicaments disponibles, peu coûteux, prescrits des milliards de fois, fonctionnent. Ceux qui ont importé la chloroquine ont une progression considérablement moindre du virus : Chine, Inde, Russie, Afrique, Amérique du Sud, Europe de l’Est, Orient : tous l’utilisent.”
Le patron de Sanofi ambitionne de vendre 3 à 4 milliards de doses à 10-40 euros en juin 2021 (trop tard, nous serons tous morts ou... déjà immunisés !
La Cour Pénale Internationale est compétente pour juger les “manquements” du président de la République. (L’Indépendant, Paris Match, Le Point)
Graphique : les décès du Covid-19 dans le monde au 05 mai 2020


Revue de presse vidéo 4 mai 2020, Partie 2

Revue de presse vidéo du 4 mai 2020, Partie 2 (13 min) 
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
Hong-Kong, Corée du Sud, Singapour : très peu de morts, pas de confinement généralisé ni d’économie à l’arrêt, mais des masques et des tests pour tous ; confinement et chloroquine pour les contaminés.
Pourquoi sortir masqué même si ce n’est pas obligatoire : le coronavirus retrouvé dans l’eau de la Seine à Paris et dans des particules d’air pollué en Italie.
Le coronavirus n’attaque pas que les poumons, mais aussi le cerveau et les vaisseaux sanguin, y compris chez l’enfant.
Pourquoi StopCovid sera inefficace et par quoi le remplacer.
(Paris Match, LCI, Le Figaro, Sputniknews, pré-print de l’étude du Pr Didier Raoult)


Pourquoi sortir masqué même si ce n’est pas obligatoire ajouté le 5 mai 2020 (.doc)

LCI, 20 avril 2020 : Paris, des traces de Covid-19 retrouvées dans l’eau non potable

Sputniknews, 26 avril 2020 : Des scientifiques détectent des traces de coronavirus sur des particules d’air pollué (.doc)

Le Figaro, 24 avril 2020 : Le coronavirus pourrait aussi s’en prendre au cerveau (.doc)

Sputniknews, 27 avril 2020 : Le coronavirus peut provoquer des encéphalites, estime un neurologue français (.doc)

Le Figaro, 27 avril 2020 : AVC, gangrène... les caillots sanguins, autre mauvaise surprise du Covid-19 (.doc)

Le Figaro, 24 avril 2020 : Le coronavirus endommagerait les parois internes des vaisseaux sanguins (.doc)

Paris Match, 29 avril 2020 : Après l’Angleterre, la France alerte sur de rares cas de problèmes cardiaques chez l’enfant (.doc)

Préprint, 20 avril 2020 : Étude du Professeur Didier Raoult sur la chloroquine et l’azithromicine, données supplémentaires et Figure (en anglais) (.pdf)

Sputniknews, 27 avril 2020 : Des médecins algériens attestent de l’efficacité quasi totale de la chloroquine contre le Covid-19 (.doc)

 

Pourquoi StopCovid sera inefficace et par quoi le remplacer ajouté le 5 mai 2020 (.doc)

Décès Covid-19 : les 20 pays les plus touchés au monde par million d’habitants
au 14 mai 2020
,
ajouté le 22 mai 2020

Décès Covid-19 : les 20 pays les plus touchés au monde en nombre de morts
au 14 mai 2020
,
ajouté le 22 mai 2020

Décès Covid-19 : 70 à 270 fois moindres dans les pays où le port du masque est généralisé, au 3 mai 2020
ajouté le 22 mai 2020

318 201 décès Covid-19 dans le monde au 19 mai 2020
ajouté le 22 mai 2020

Décès Covid-19 dans 20 pays parmi les moins touchés dans le monde au 14 mai 2020
ajouté le 22 mai 2020

Le Covid-19, une maladie totalement nouvelle, revue de presse vidéo

Vidéo “Le Covid-19, une maladie totalement nouvelle, revue de presse du 11 mai 2020” (16 min) Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
Comment détruire le virus ? Comment le virus se cache pour détourner le système immunitaire. Ses effets sur différents organes : nez, yeux, cerveau, poumons, coeur, reins, foie, vaisseaux sanguins, tube digestif. Pourquoi le test PCR a 30 à 40 % de faux négatifs.
Mutations : le virus peut-il devenir plus dangereux ?

(Science & Vie, Courrier international, Paris Match)

 

Peux-on enseigner sans visage ?

Vidéo “Peux-on enseigner sans visage ? Revue de presse du 12 mai 2020”
(11 min)
Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
Non, affirme une prof de français : le masque dérobe le sourire, altère la voix, mange le visage. Attendons, avant de rouvrir les classes, de progresser dans la connaissance du virus et de son traitement, et dans une préparation vraiment raisonnée et mûrie des conditions nouvelles de l’enseignement au vu de la situation d’ensemble.
Le déconfinement, catalyseur négatif des troubles anxieux, selon un pédopsychiatre de l’hôpital Robert Debré des enfants, Paris.
(Le Monde, Le Point, Libération, L’Obs)

Coronavirus hautement transmissible, revue de presse vidéo

Vidéo “Coronavirus hautement transmissible, revue de presse du 20 mai 2020” (20 min) Format mp4 wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
C’est dans le nez que le coronavirus commence à se répliquer, d’où sa très haute transmissibilité, ce qui permet de comprendre pourquoi le port généralisé du masque dans certains pays leur a permis de diviser par 70 à 270 le taux de décès par million d’habitants. Parler ou même chanter (comme dans les églises) transmet le virus. Les lycéens ont une contagiosité plus élevée que celle des plus jeunes. 135 enfants français atteints par la maladie de Kawasaki, dont l’un est mort à 9 ans. Un autre enfant de 14 ans est mort au Royaume-Uni. (La Recherche, Paris Match, L’Indépendant, L’Express)
Graphique : 318.201 décès dans le monde au 19 mai 2020
Graphique : Les pays où le masque généralisé réduit les décès de 70 à 270 fois

5. Le bon usage des masques lavables en tissu

Le Dr NACACHE conclut son post sus-mentionné par l’injonction :
“PORTEZ TOUS DES MASQUES !!!! Pour votre santé et celle des autres, portez des masques et relayez partout ce message. Vous n’en avez pas, et bien fabriquez les... Je vous en supplie, faites-le, vous épargnerez des vies !”

Comment faire un masque avec un foulard et deux élastiques pour cheveux, sans couture :
https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-comment-faire-un-masque-avec-un-foulard-en-une-minute_fr_5e8b1af7c5b6e7d76c674041?ncid=other_topvideos_cp1pj3fgmfs&utm_campaign=top_videos (vidéo 6 avril 2020)
(.doc)

Tutos de couturières pour des masques en tissu :
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2609189-masque-coronavirus-ffp2-chirurgical-alternatives-fait-maison-achat-prix/ (vidéo 6 avril 2020)
(.doc)

Mais attention ! Le virus aime l’humidité, il ne faut donc pas garder sur le visage un masque humide.

  • L’enlever en ne touchant que les élastiques, sans mettre les doigts sur le tissu humide.
  • Le désinfecter après chaque utilisation en le faisant tremper dans une eau bouillante – rappelons que le virus est détruit à 56°C - préalablement versée dans un saladier épais résistant à la chaleur et muni d’un couvercle (si l’on utilise une bouilloire pour faire chauffer l’eau, cette opération ne prend que quelques minutes). Voir la vidéo de démonstration ci-dessous : Désinfecter en quelques minutes un masque en tissu.
  • Se laver les mains avant de mettre le masque à sécher.
  • Au cas où il ne pourrait pas être désinfecté immédiatement, le placer dans deux sacs poubelle bien fermés.
Vidéo : Comment désinfecter en quelques minutes un masque en tissu

Vidéo : Comment désinfecter en quelques minutes un masque lavable en tissu (3 min) Format wmv MPG              © Copyright Annie Lobé, mai 2020.
Pour protéger contre le virus, le masque en tissu doit être propre et désinfecté après chaque utilisation (et non pas seulement tous les deux ou trois jours). Le virus est détruit à 60°C, mais il ne faut pas le mettre dans l’eau froide puis augmenter la température progressivement, ni le mettre au four, ni le repasser sans l’avoir préalablement lavé en machine à 60°C. Entre deux lavages en machine, cette vidéo explique comment désinfecter simplement en quelques minutes un masque en tissu dès que l’on rentre chez soi.

Suggestion additionnelle, min 2’13 : verser de la lessive liquide, du liquide vaisselle ou du savon mains liquide au fond du saladier (avant de verser l'eau bouillante).
Min 2’58 : après avoir vidé l’eau bouillante en retenant le masque avec la fourchette, remplir le saladier d’eau très chaude du robinet afin de rincer le savon.

Voir aussi, à la fin du tutoriel de confection d’un masque en tissu,
les conseils pour mettre et enlever correctement le masque.

6. L’utilité du confinement accompagné d’exercice phyisque, de la distanciation, de la désinfection des mains et des surfaces, et du dépistage

Le confinement, accompagné d’exercice physique pour éviter les effets secondaires dévastateurs de la sédentarité, permet d’éviter le contact avec des lieux et des personnes potentiellement contaminés. Mais un membre du foyer est forcément contraint de sortir pour faire les courses, contrairement à ce qui s’est passé en Chine où toute la nourriture était livrée au pied des immeubles. Voir le reportage d’Arte mis en ligne le 3 mars 2020 sur Youtube sur les conditions du confinement à Wuhan :

https://www.youtube.com/watch?v=OQD_-2KI244 (vidéo 3 mars 2020)

Pour protéger les soignants, des mesures drastiques sont prises en Chine : la télévision publique CCTV a filmé la zone de quarantaine dans laquelle les patients contaminés sont soignés. Ces images de l’hôpital Jinyintan à Wuhan offrent un aperçu du protocole très strict que doivent suivre les médecins. Avant d’accéder à l’unité de soins intensifs, ils doivent franchir trois zones :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/face-au-coronavirus-precautions-extremes-en-chine-dans-les-hopitaux_fr_5e287db0c5b67d8874ab2362?utm_hp_ref=fr-homepage (vidéo 22 janvier 2020) (.doc)

En France, il serait utile de généraliser la solution DRIVE et de l’étendre aux piétons : les commandes seraient préparées par des personnels masqués et gantés, seuls autorisés à se déplacer dans les magasins, et remises aux clients à l’extérieur du magasin. Cela permettrait de créer des emplois conditionnés à un dépistage préalable.

Les services publics (la poste) et les autres magasins ouverts (tabac, presse) auraient intérêt à installer des hygiaphones.

C’est en portant nos mains au visage une fois par minute en moyenne, ce que nous faisons machinalement, que la contamination s’opère. D’où l’intérêt de porter un masque pour faire ses courses et l’importance de se laver souvent les mains (et il est préférable d’utiliser ensuite un essuie-main jetable à usage unique. Bannir les sèche-mains soufflants : le virus aime la chaleur douce).Garder ses ongles le plus court possible, ainsi que la barbe si on ne peut pas s’en passer. Attacher les cheveux longs.

Dans l’espace public extérieur, la distanciation de 2 mètres entre chaque personne limite le risque de contamination.

Une fois rentré chez soi, se laver les mains, se moucher (le virus n’aime pas être dérangé) puis se laver de nouveau les mains. Dans les zones à risque (grandes agglomérations / nombreux cas / travail en milieu contaminé ou susceptible de l’être) se laver les yeux avec du collyre, faire des gargarismes et des bains de bouche (le virus se loge aussi dans la gorge). Se laver les dents après chaque repas.

Le virus ne peut pas vivre en-dehors d’une cellule-hôte vivante. Mais il peut survivre en se combinant avec les micro-organismes présents sur les surfaces.

Chez soi, la désinfection fréquente des surfaces de contact permet d’éviter que le Covid-19 se retrouve sur nos mains : poignées de portes, de fenêtres et de placards, interrupteurs de lumière, lunettes, claviers d’ordinateurs, smartphones, téléphone fixe, télécommandes, clés, boutons d’ascenseur, lunette et cuvette des toilettes. L’eau de Javel et l’alcool à 70° sont efficaces pour cela.

À propos du dépistage : au lieu d’utiliser les kits Coréens (à base d’un triple prélèvement nasal, buccal et d’un crachat) pour un diagnostic massif permettant de cibler le confinement, comme l’a décidé le 10 avril la principauté d’Andorre qui va ainsi dépister 100 % de sa population (77 000 personnes), la France dépiste peu et mal (30 % de faux négatifs avec un test utilisé uniquement dans les hôpitaux).

La PME bretonne NG Biotech “a mis au point un test sérologique tout-en-un à usage unique, qui permet de savoir en quinze minutes chrono, après prélèvement d’une goutte de sang, si vous avez vaincu le virus. La direction générale de l’Armement a passé un contrat d’un million d’euros avec cette société. D’ici à l’été, NG Biotech aimerait sortir de ses usines 2 millions d’unités par mois, en priorité réservés au personnel soignant. NG Biotech devrait en outre développer un nouveau kit de détection qui repérera rapidement la présence du virus dans la salive ou par échantillon nasal.” (L’Obs, 09/04/2020, p. 18) Le premier test serait “la clé de voûte du déconfinement”, le second serait allié à un “pistage” par smartphone “sur la base du volontariat” “pour prendre en charge immédiatement toutes les personnes qui ont été en contact avec des malades”.

La stratégie française est donc d’attendre, pour lancer le dépistage massif, de pouvoir le coupler avec le tracking alors que ce dernier n’est absolument pas indispensable, comme l’a prouvé l’Allemagne, où le dépistage est massif depuis le début et le nombre de morts, 10 fois inférieur au nôtre.

Enfin, il ne faut pas négliger les effets secondaires délétères de la sédentarité et de l’excès d’écran. Le confinement nous prive de liberté de mouvement, mais nous offre du temps libre. On ne peut pas rester sans rien faire. La question est : comment utiliser au mieux ce temps libre ?

Il a été constaté que la façon dont les gens tolèrent le confinement ne dépend pas seulement de l’endroit où ils sont (ville, campagne), mais aussi de ce qu’ils font. Agir comme ceux qui vivent bien le confinement permet d’aller bien soi-même.

Les activités créatrices procurent une plus grande satisfaction que les activités passives. Par exemple, après avoir suivi les conseils sportifs d’un coach en ligne, continuer en choisissant de laisser libre cours à ses envies, par des exercices ou des gestes spontanés.

Si vous êtes en famille ou en colocation, alterner les moments ensemble (repas, jeux) et seul-e (lecture, écriture, repos). Si vous êtes seul-e, trouver quelqu’un à qui parler chaque jour, se parler à soi-même à voix haute ou parler à son animal de compagnie.

Pour rester en forme physiquement et psychologiquement, sont proposés ici 12 conseils pratiques à propos du confinement :

12 conseils pratiques à propos du confinement

12 conseils pratiques à propos du confinement par Annie Lobé, journaliste scientifique (mis à jour le 14 avril 2020)


Renforcer son système immunitaire, lecture offerte de deux chapitres du Conseil de la Naturo par Sabine Campion, naturopathe

“Renforcer son système immunitaire”, lecture offerte de deux chapitres du livret Le Conseil de la Naturo par Sabine Campion, naturopathe


Lecture offerte de Santé publique : les leçons de l'Histoire, par Annie Lobé, journaliste scientifique indépendante

Pourquoi le masque doit-il être obligatoire dans l’espace public ?
Lecture gratuite de Santé publique : les leçons de l’Histoire
par Annie Lobé, journaliste scientifique indépendante


Lecture gratuite du livre J'aide mes enfants à décrocher des écrans

Lecture gratuite du livre J’aide mes enfants à décrocher des écrans


Oiseaux de tous les jours par QUELLE EST BELLE COMPANY

Si vous n’avez pas la force de faire quoi que ce soit d’autre, écouter le chant des oiseaux, en ouvrant la fenêtre ou grâce au disque Oiseaux de tous les jours de Quelle est belle compagny (http://www.qbc.fr)

 

MERCI DE BIEN VOULOIR DIFFUSER CES INFORMATIONS À VOTRE ENTOURAGE.

Envoyer à un ami Retour à l’accueil Nos publications Plan du site Espace lecteurs


© Copyright SantéPublique éditions 2006 - 2020 Titre et textes déposés
Reproduction même partielle interdite