La mélatonine

Accueil

Cliquez ici pour un
affichage correct du site

La mélatonine, une hormone produite dans notre cerveau, induit naturellement le sommeil en supprimant l’activité de certains neurones. Elle est aussi antioxydante que les deux vitamines les plus antioxydantes. Elle a la propriété de détruire les cellules cancéreuses. Et elle traverse la barrière hémato-encéphalique pour agir aussi dans notre cerveau. De surcroît, elle renforce notre système immunitaire et protège nos cellules contre les cassures d’ADN provoquées par la radioactivité.

L’utilisation adéquate de la littérature scientifique disponible sur la mélatonine permet de soigner et de prévenir les récidives des cancers et de la leucémie, ainsi que de soulager les troubles causés ou aggravés par le coucher tardif : fatigue, troubles de l’apprentissage, surpoids et obésité, diabète, schizophrénie, vieillissement précoce, maladie d’Alzheimer et bien d’autres...

Cette connaissance est rendue accessible à tous par les publications d’Annie Lobé :

La fée électricité : fée ou sorcière ?

“Un livre d’une importance capitale, dont chaque page apporte une découverte.”
—  Pierre Lance, L’Ère nouvelle.

Sans faire de travaux et même si vous êtes locataire, vous pourrez réduire et supprimer la pollution électrique chez vous  en suivant les conseils pratiques inédits de ce livre, qui conduisent aussi à réduire vos factures d’électricité. Vous découvrirez aussi ce que les industriels de l’électricité savent depuis 30 ans sur les effets nocifs des champs électromagnétiques : insomnie, dépression, cancer. Vous saurez enfin protéger votre mélatonine, une hormone naturellement produite dans le cerveau, qui induit le sommeil et nous protège contre le cancer, la radioactivité, la maladie d'Alzheimer, l'électrosensibilité...

 

La mélatonine et le sommeil

La mélatonine et le sommeil

Au 21ème siècle, beaucoup de gens croient qu’ils peuvent rester éveillés bien après la tombée de la nuit sans dégrader leur santé. Mais ce n’est pas vrai.

Notre corps et notre cerveau sont des ateliers de réparation nocturne. Tels des voitures de Formule 1, toutes les nuits ils « passent au stand ».

Pour cela, il faut dormir quand il fait nuit. Mais avec la multiplication des écrans (ordinateur, smartphone, tablette, télévision), de plus en plus de gens veillent de plus en plus tard.

Et s’étonnent d’avoir des problèmes : troubles de l’attention et difficultés scolaires chez les enfants et adolescents, hypo- ou hyper- thyroïdie, fibrome, adénome de la prostate, cancer, maladies auto-immunes, maladies neuro-dégénératives, etc.

En écoutant la conférence audio La mélatonine et le sommeil, vous connaîtrez et comprendrez les bases physiologiques du dicton populaire : « Les heures de sommeil avant minuit comptent double », et vous restaurerez le fonctionnement de votre atelier naturel de production de mélatonine.

CD audio 9,50 € • Durée d’écoute : 1 heure • 
Frais de port  2,50 €, offerts si commande conjointe du livre La Fée électricité.

Recevoir le CD audio de cette conférence

Écouter

Écouter des extraits de la conférence sur la mélatonine
(5 min)

 

Le coût d’État des gadgets sans fil

Le coût d’État des gadgets sans fil

La décision du gouvernement de distribuer des tablettes wifi à tous les écoliers (entérinée par la loi sur la refondation de l’école votée le 5 juin 2013) aura de graves répercussions sur cette génération, qui sont analysées dans cet article.
Inclut l’article Nouveau capitalisme ou nouvelle guerre ? rédigé en août 2005, ainsi que Réussir sa scolarité et ses examens de la naturopathe Sabine Campion.

En savoir plus

Lire un extrait ci-dessous : (les notes sont accessibles ici)

L’heure d’été, une heure de mélatonine en moins chaque jour

Une illustration de cela est l’instauration de l’heure d’été depuis 1975 (à effet du 28 mars 1976).[123]

En France, elle fait perdre à l’ensemble de la population une heure de production de mélatonine chaque jour, de fin mars à fin octobre. Voici pourquoi et comment.

Prenons une personne qui se couche à 23 h, heure d’hiver. Lors du passage à l’heure d’été, à son heure habituelle de coucher 23 h (heure d’hiver), il n’est que 22 h sur sa montre (heure d’été). En continuant à se coucher à la même heure (23 h sur sa montre), elle se couche donc en réalité une heure plus tard : 23 h, heure d’été, correspond à minuit, heure d’hiver.

Or, sa production de mélatonine diminuera par anticipation avant le lever du jour suivant au même moment qu’avant le passage à l’heure d’été et ce, quelle que soit son heure de coucher, puisqu’il s’agit d’un phénomène physiologique.

La durée de production de mélatonine de la population française est donc amputée d’une heure chaque jour pendant sept mois, soit 90 heures perdues : l’équivalent de plus de onze nuits blanches ! (90 divisé par huit, le nombre d’heures de sommeil par nuit).

Tous les Européens sont dans le même cas, mais de surcroît, la France avait, depuis la Seconde Guerre mondiale, conservé l’heure allemande, de sorte qu’en hiver, nous avions déjà une heure de décalage par rapport au soleil. L’été, ce décalage est donc de deux heures.

La conséquence de cela, c’est que la personne qui se couche tard, en France, se couche en réalité beaucoup plus tard qu’elle ne le croit, ce qui a pour conséquence un important déficit de mélatonine.

Déficit en mélatonine et surmortalité prématurée

La population française est donc en situation de sous-production chronique de mélatonine, ce qui, compte tenu des multiples effets protecteurs de la mélatonine (anticancéreuse, anti-oxydante, stimulant le système immunitaire, antidote contre de nombreux toxiques, dont les rayons ionisants)[124] pourrait constituer un élément d’explication à notre surmortalité prématurée, l’une des plus élevées d’Europe avant 65 ans.[125]

Les choses ont beaucoup changé depuis 1985, date à laquelle la France bénéficiait de la mortalité la plus faible d’Europe pour les hommes de 35 à 64 ans.[126]

La première cause de cette mortalité prématurée française, laquelle est documentée depuis 1992, est le cancer (voir l’explication). Il conviendrait d’examiner sérieusement l’hypothèse que l’une des raisons premières de cette épidémie ancienne, qui a commencé bien avant l’avènement de la téléphonie mobile, puisse être ce décalage important dans les horaires d’été depuis 1976, qui a eu pour conséquence un déficit chronique de mélatonine s’ensuivant par une augmentation des cas de cancer chez les moins de 65 ans, y compris pour des localisations sans lien apparent avec la consommation alcoolique ou tabagique, telles que le sein, la prostate ou le cerveau.

Les champs électromagnétiques et le coucher tardif systématique favorisent le développement du cancer en empêchant la production de mélatonine.

Et concrètement, utiliser les connaissances sur la mélatonine (c’est-à-dire réduire au maximum l’exposition électromagnétique et se coucher tôt) pour compléter les traitements contre le cancer, donne des résultats[127] :

Dormir tôt dans une chambre débarrassée de toute électropollution est une façon gratuite d’augmenter notablement la qualité de vie pendant les traitements et, surtout, d’accroître les chances de survie. C’est également la meilleure des préventions.

Aucune femme ne devrait avoir à subir une mastectomie préventive, cette mutilation proposée aux femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein,[128] qui consiste à réaliser l’ablation chirurgicale de leurs deux seins préalablement à tout diagnostic de cancer. Quelle torture de devoir se faire remplacer les seins par des implants, pour éviter le cancer ! Et quel curieux dévoiement du sens du mot prévention ! Heureusement, se prémunir du risque de cancer du sein est possible sans traumatisme, en utilisant les connaissances disponibles sur la mélatonine.

[128] L’actrice Angelina Jolie a révélé le 14 mai 2013 qu’elle avait eu recours à cette opération et est même allée jusqu’à encourager les femmes porteuses d’un gène BRCA1 défectueux à envisager cette option. Mais après avoir vu un documentaire télévisé poignant, qui suivait jour après jour une femme de 45 ans environ profondément affectée par le sacrifice de ses jolis seins naturels (sa poitrine plate et pleine de cicatrices après l’ablation était montrée, puis par la reconstruction après plusieurs mois de douleur physique permanente, l’auteur de ces lignes ne souhaite à aucune femme de se croire obligée de devoir faire ce choix qui perturbe profondément la relation à soi et au partenaire. Pour une femme non déjà munie d’implants mammaires, l’ablation des seins peut être profondément déprimante et traumatisante. Angelina Jolie avait peut-être déjà des implants, raison pour laquelle elle n’a pas ressenti cette souffrance et peut raconter les faits comme s’ils s’agissait d’une opération de chirurgie esthétique : « The results can be beautiful ». Par ailleurs, on note que dans son « article » publié par le New York Times (www.nytimes.com/2013/05/14/opinion/my-medical-choice.html?smid=tw-share&_r=1&) figure un lien vers le site Internet de la clinique où elle a été opérée (http://pinklotusbreastcenter.com/). Surprise ! Sur la page d’accueil défile la photographie d’une autre star, Sheryl Crow, également cliente de la clinique, qualifiant « d’artiste » le médecin qui a « travaillé sur elle » (deuxième référence à la chirurgie esthétique et au corps perçu comme un objet). On note également qu’Angelina Jolie ne dit rien du coût de l’opération. Tout cela ne peut que susciter une légère suspicion : les deux stars auraient-elle obtenu une ristourne – ou même la gratuité – en échange de leur phénoménal coup de pub ? Dans ce cas, une décision personnelle fondée sur des considérations médicales serait transformée en habile opération de marketing. À moins que le but de cette médiatisation ne soit de prévenir tout risque d’être, un jour, quittée par Brad Pitt, avec qui elle forme un couple depuis huit ans et qu’elle a, non moins habilement, pleinement associé à son acte héroïque : il ne pourra plus l’abandonner sans passer pour un s…. Mais Angelina Jolie n’aurait pas eu à se soumettre à ces redoutables épreuves si M. Christopher Wild, le directeur du Centre international de recherche sur le cancer qui vient d’être reconduit à son poste, avait fait bon usage des informations que l’auteur de ces lignes lui a envoyées il y a près de deux ans, le 5 juillet 2011. Toutes les femmes du monde, y compris les stars de cinéma les plus fortunées, connaîtraient aujourd’hui les résultats de la présente enquête s’il y avait donné la suite qui convenait. Le mail qui lui a été adressé le 23 mai 2013 est également resté sans réponse…

Se reposer vraiment :

Comment stimuler gratuitement votre sécrétion naturelle de mélatonine.


Lettre à un hôpital :

À propos de l’effet protecteur de la mélatonine contre la leucémie.


Envoyer à un ami Retour à l’accueil Nos publications Plan du site Espace lecteurs


© Copyright SantéPublique éditions 2006 - 2017 Titre et textes déposés
Reproduction même partielle interdite